[Image]

Écrire Aux Gouvernements - 3 Mars 1969


[image]
« Encore que ce soit plutôt une image amusante que celle de gouvernements dans une sorte de cage, gardés par un psychiatre. »

D
e nos jours, les gouvernements se comportent de façon très étrange quand on leur écrit.

     A la fin de 1962, j’écrivis au président des Etats-Unis après qu’une année a été passée à travailler avec les médecins d’une escadre aérienne qui, grâce à la Scientologie, n’avait pas eu un seul accident pendant toute cette période, pour dire que nous pouvions aider les pilotes. La lettre était polie et offrait de l’aide au gouvernement.

     Peu de temps après, des dockers, se faisant passer pour des fonctionnaires du gouvernement, munis d’un faux mandat de perquisition, effectuèrent une descente, armes au poing, sur notre Eglise de Washington et saisirent des bréviaires et des instruments.

     En 1966, j’écrivis une lettre au Dr Verwoerd, le Premier ministre sud-africain, lui disant que je disposais d’informations indiquant qu’une situation dangereuse existait peut-être dans son entourage. Il me répondit et me remercia.

     Subitement, je devins persona non grata en Afrique australe. Peu de temps après, le Dr Verwoerd fut assassiné par un patient psychiatrique.

     En 1967, vers juillet, j’écrivis au département de l’Immigration du ministère de l’Intérieur britannique et offris de les aider à résoudre tout problème d’immigration d’étudiant, car j’avais découvert que certaines personnes qu’ils disaient être des scientologues ne l’étaient pas. Je dis que, peut-être, je pourrais obtenir la coopération des directeurs des églises britanniques. Une lettre très polie.

     Le ministère de l’Intérieur s’empressa de dire aux journaux que mon visa britannique était annulé et m’informa même de la chose environ trois semaines plus tard. Ils proscrivirent tous les étudiants, même les citoyens du Commonwealth, et proscrivirent ma fille qui est sujet britannique.

     En décembre 1968, le parlement britannique indiqua qu’il n’y aurait pas de commission d’enquête sur la Scientologie.

     Comme on m’avait proscrit sur la seule demande de Kenneth Robinson, l’homme de paille des psychiatres, maintenant congédié, je demandais poliment, en écrivant au ministère de l’Intérieur, en janvier 1969, s’il me serait possible de recevoir de nouveau ma carte de débarquement illimitée, puisque le gouvernement n’avait produit aucune preuve contre moi.

     Le nouveau ministre de la Santé s’empressa de nommer une « commission d’enquête sur la Scientologie » et le ministère de l’Intérieur rejeta ma demande.

     Ces quatre lettres-là sont les seules que j’aie jamais écrites à des gouvernements. Toutes étaient gentilles, polies, ordinaires. Chacune semble avoir causé une explosion de violence, voire de terreur, tout à fait démesurée.

Écrire Aux Gouvernements (suite)



PrécédenteBarre de NavigationSuivante

| Précédente | Glossaire de termes de Scientologie | Sommaire | Suivante |
| Sondage sur ce site de Scientologie | Sites concernant la Scientologie | Librairie | Page de garde |


info@scientology.net
© 1998-2004 Eglise de Scientologie Internationale. Tout droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques déposées.


Visitez la Librairie Table de Matières Visitez le Site de L. Ron Hubbard