[Image]

Le Patriotisme - 1 Mars 1969


[image]
« Même dans l’affaire bénigne d’une contravention de stationnement, il court un risque. Elle est placée sous l’essuie-glace ; elle n’est pas dûment remise. Elle s’envole. Il ne la voit jamais. Il est amené au tribunal, condamné à une amende pour quelque chose dont il ne savait rien. »

P
our un officier qui a travaillé dur et dangereusement avec tout le reste des Alliés et qui a même sacrifié sa santé afin de débarrasser le monde des violations des droits de l’homme perpétrées par les nazis, il est un peu difficile de comprendre que son propre gouvernement et ses alliés aient, après la guerre, non seulement fermé les yeux sur une nouvelle résurgence de violations nazies dans leurs propres pays, mais se sont mis aux ordres de gens—les finançant activement par milliards—dont les pratiques ne diffèrent de celles des nazis que par l’absence d’une croix gammée.

     Voir un ministre de la Santé comme Robinson* écrire dans son propre livre que le fait d’appréhender illégalement et facilement tout un chacun doit devenir l’ordre du jour, savoir qu’il est véritablement le vice-président d’un groupe psychiatrique privé, connaître les irrégularités financières commises au nom de son groupe, et voir pourtant un gouvernement lui obéir aveuglément, est une raison suffisante pour me rendre un peu cynique—pour ne pas en dire plus.

     Pendant plus de vingt ans, j’ai observé les gouvernements occidentaux rendre de plus en plus facile l’arrestation de personnes sans mandat ou procédure judiciaire. J’ai vu la « folie » être redéfinie comme « quelqu’un qui n’est pas d’accord avec l’autonomie sociale ». J’ai vu de mes propres yeux des hommes et des femmes être torturés et tués dans des « asiles ». J’ai écouté des psychiatres donner les détails de leurs expériences inhumaines et se vanter de leurs orgies sexuelles avec des patients et de la stérilisation de ceux avec qui ils voulaient « s’amuser un peu ».

     Durant tout ce temps, je n’ai pas vu UNE personne qu’ils aient aidée ou guérie.

     Mais j’ai vu un grand nombre de leurs patients être détruits.

     Je ne pense pas que le citoyen moyen puisse regarder un de leurs « traitements » de choc sans vomir.

     Dans une certaine région, sur neuf personnes que nous voyons quatre ont été brutalement blessées par les psychiatres.

     Chaque jour, mon courrier contient plusieurs lettres de leurs patients, implorant de l’aide et un soulagement de leurs souffrances.

     Donc, avec toutes ces preuves autour de nous, comment peut-on encore croire qu’un quelconque gouvernement occidental ignore le véritable état des choses ?

     Beaucoup d’entre nous sont partis, se sont battus, ont saigné et sont morts pour sauver le monde des camps d’extermination nazis. Et nous nous retournons et découvrons non seulement que nos propres gouvernements les dirigent et les financent, mais également que tout effort honnête pour aider et trouver de meilleures réponses est malmené, bombardé et refusé.

     Pendant la Seconde Guerre mondiale, j’ai vu de l’apathie et des haussements d’épaules tout autour de moi, non seulement au sein de nos forces, mais aussi dans les forces alliées. Ces officiers et ces hommes se battaient pour rien. La plupart se sont battus contre leur gré. En première ligne, cinquante pour cent d’entre eux n’ont jamais déchargé leur arme.

     Je ne comprenais pas, à l’époque. Maintenant, si.

     Ces hommes n’avaient pas de véritable cause pour laquelle se battre. Ils étaient disposés à détruire les nazis inhumains. Mais quelque part, avec un certain cynisme, ils savaient que leurs propres maîtres avaient bien assez de défauts pour contrebalancer les avantages qu’il y avait à gagner pour le monde.

Le Patriotisme (suite)



PrécédenteBarre de NavigationSuivante

| Précédente | Glossaire de termes de Scientologie | Sommaire | Suivante |
| Sondage sur ce site de Scientologie | Sites concernant la Scientologie | Librairie | Page de garde |


info@scientology.net
© 1998-2004 Eglise de Scientologie Internationale. Tout droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques déposées.


Visitez la Librairie Table de Matières Visitez le Site de L. Ron Hubbard