[Image]

L’Évolution Du Totalitarisme - 25 Novembre 1969


[image]
De temps en temps au cours de l’Histoire, de petits groupes aux idées fixes se sont alliés, suffisamment pour s’introduire dans la vie politique, économique et sociale de la nation, et en tirant parti d’un désastre général, ont émergé soudain en force triomphante.
Leurs véritables buts sont restés déguisés jusqu’au dernier moment, et brusquement la population s’est trouvée opprimée par les hommes de ces intérêts spéciaux, lesquels détenaient tous les postes clés et toutes les forces.

 L
e totalitarisme est défini comme « un régime politique fondé sur la subordination de l’individu à l’Etat et sur une domination stricte de tous les aspects de la vie et de la capacité productive de la nation, spécialement au moyen de mesures coercitives (telles que la censure et le terrorisme). »

     Le monde a vu cela dans l’implacabilité brute de nombreux despotes du passé, dans l’Allemagne d’Hitler et la Russie de Staline à l’époque moderne.

     Le totalitarisme étant de loin la forme de gouvernement la plus détestée et la plus difficile à rejeter, on devrait se pencher sur la question de comment un totalitarisme se développe.

     Fondamentalement, la vie politique d’une nation se divise en deux types de groupes.

     Il y a d’abord le GROUPE D’INTÉRÊT GÉNÉRAL. C’est un groupe large et ouvert au public, tel qu’un parti politique, une association d’enseignants ou une Eglise. Ce qui le distingue en tant que groupe d’intérêt GÉNÉRAL est le fait qu’il soutient ce qu’il dit qu’il soutient et qu’il fait ce qu’il dit qu’il fait. Il croit en certaines choses, il se démène et se débat, mais il agit au grand jour et son influence est directe et visible.

     Et puis il y a un autre type de groupe. On peut l’appeler GROUPE D’INTÉRÊTS SPÉCIAUX. On pourrait aussi l’appeler groupe d’intérêt « caché ». Il se caractérise par le fait qu’il a quelque idée fixe, mais qu’il affiche autre chose. Il est composé de zélateurs qui travaillent à l’exclusion de tout autre intérêt, et également à l’exclusion du bien-être des autres personnes qui ne sont pas « alignées » sur leur idée fixe.

     On se méfie habituellement de ces « groupes d’intérêts spéciaux » du fait qu’ils n’annoncent pas leur véritable intention et cherchent à faire passer leur idée fixe derrière une façade de propagande et de démarches souvent habiles.

     Le citoyen qui apprend brusquement que le sénateur Rôt servait en fait de « façade » pour les intérêts pétroliers, ou que le ministre Braire essayait en réalité d’accroître les profits des fabricants d’armes, se trouve généralement, en tant que bon citoyen sans méfiance, consterné une fois que « tout est révélé ».

     Les idées fixes sont habituellement enfouies dans l’esprit et assez souvent, une personne n’est pas consciente de ce qui est à la base de ses répugnances et de ses préjugés. D’une façon similaire, dans les grandes masses de la société, un « groupe d’intérêt spécial » est dissimulé à la vue—on n’en voit que les stratagèmes et les « informations » falsifiées et il n’y a plus qu’à les croire, les rejeter ou les ignorer.

     Soupçonner que le gouvernement est de plus en plus guidé par des groupes d’intérêts spéciaux et de moins en moins par des groupes d’intérêt général, tels que les partis politiques ou des groupes qui affichent leur intention sociale, est devenu un aspect quotidien de la citoyenneté des temps modernes. Quand les nations ne semblent pas guidées par le bon sens, le citoyen commence à soupçonner que des « intérêts spéciaux » doivent sous-tendre la politique gouvernementale. Il a souvent tellement raison que le cynisme a supplanté le patriotisme dans la plupart des nations occidentales et on lit que l’âge de l’idéalisme est mort.

     En fait, on estime que seulement environ 8 pour cent de la population est « alignée » sur des groupes d’intérêts spéciaux d’une sorte ou d’une autre, même dans des moments de crise nationale. Quatre-vingt-douze pour cent de la population, même dans un pays en état d’insurrection ou de révolte, n’est absolument pas « aligné ». D’autres estimations sociales et politiques montrent encore moins « d’alignement ».

     Donc, qu’il s’agisse d’intérêt caché ou dissimulé pour des publics spécialisés ou pour du pétrole ou pour des chemins de fer, les groupes d’intérêts spéciaux forment une très faible minorité de la population en temps de paix ou de guerre. La grande majorité des gens se trouvent prise au milieu des déclarations habiles, des manœuvres et des « décisions inévitables » d’un nombre minuscule de gens.

L’Évolution Du Totalitarisme (suite)



PrécédenteBarre de NavigationSuivante

| Précédente | Glossaire de termes de Scientologie | Sommaire | Suivante |
| Sondage sur ce site de Scientologie | Sites concernant la Scientologie | Librairie | Page de garde |


info@scientology.net
© 1998-2004 Eglise de Scientologie Internationale. Tout droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques déposées.


Visitez la Librairie Table de Matières Visitez le Site de L. Ron Hubbard