[Image]

Économie : La Guerre Et L’Impot - 1 Mars 1969


 U
n ami à moi, célèbre sénateur américain, m’a expliqué une fois l’une des façons dont les grandes puissances occidentales seront vaincues.

     Il disait que la ponction sur l’économie que représentaient les « guerres de brousse », l’augmentation des impôts et l’inflation qui en résulte ne pourraient être maintenues que quelques années, après quoi les communistes, du fait de l’effondrement économique, pourraient tout compte fait gagner. C’était il y a plusieurs années : 1955.

     Lorsqu’on voit que les réserves d’or des Etats-Unis sont au moment où j’écris en déficit de 21 milliards, qu’elles ont fait un plongeon à 45 degrés sur 9 ans depuis qu’elles étaient à 0 en 1960 (Institut Américain de Recherche Economique, Boston, rapport du 17 fév. 69), alors on peut comprendre de quoi il parlait.

     Cette chute ininterrompue laisse le Fonds monétaire international avec des demandes d’une valeur de 39,7 milliards de dollars environ, en or, à garantir par les Etats-Unis—demandes à peine compensées par la balance des comptes des Etats-Unis.

     Etrangement dans le même rapport, le produit annuel alimentaire de 1968 était 3 pour cent plus haut que pour 1967, année record. Comme singulièrement, les gros banquiers se trouvent être aussi les directeurs des groupes de façade de la psychiatrie, on commence à voir qu’ils ne sont pas toujours aussi agréablement disposés envers l’homme que ce que leurs agents et groupes de presse pourraient nous amener à croire.

      Bizarrement, la doctrine économique suivie par les gouvernements occidentaux pour le dernier quart de siècle est celle de Lord Keynes.* Le germe (ou la bactérie) de la théorie de Keynes (qui m’a été enseignée très soigneusement dans l’une de ces universités dont ils disent que je ne les ai jamais fréquentées) est simplement ceci : « créer la demande ! » Cela veut dire, si l’on suit cela jusqu’à sa conclusion logique, que la famine créerait la prospérité (pour qui ?).

     Maintenant le « Fonds monétaire international » a été fondé par Lord Keynes et le célèbre communiste Harry Dexter White.

     En déboursant son or et en n’exigeant jamais d’être repayé en or pour les prêts de type prêt-bail, le public américain est en train de se faire joliment couper la gorge. Le soldat américain n’aura rapidement plus de pays économiquement stable à soutenir. L’inflation aura emporté le dollar avec le vent.

     Ces banquiers internationaux ne sont satisfaits qu’avec des « taxes accrues pour stabiliser la devise »  ; l’un des objectifs russes est de faire en sorte que le peuple des Etats-Unis rejette la « guerre de brousse » à cause de l’imposition oppressive qui en résulte. Et c’est en train d’être accompli très habilement.

Économie : La Guerre Et L’Impot (suite)


PrécédenteBarre de NavigationSuivante

| Précédente | Glossaire de termes de Scientologie | Sommaire | Suivante |
| Sondage sur ce site de Scientologie | Sites concernant la Scientologie | Librairie | Page de garde |


info@scientology.net
© 1998-2004 Eglise de Scientologie Internationale. Tout droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques déposées.


Visitez la Librairie Table de Matières Visitez le Site de L. Ron Hubbard