[Image]

 E
n guise de brève introduction à ce que Ron présente sur la fabrication, par les psychiatres, de l’étudiant raté, gardons à l’esprit une image plus large de la subversion psychiatrique dans toute l’éducation occidentale. Par exemple, suite à un mandat du Congrès des Etats-Unis qui a introduit la psychiatrie dans le système scolaire, il se produisit non seulement un déclin inquiétant des performances scolaires américaines, mais au moins deux générations d’enfants drogués. Un exemple type est, bien sûr, le diagnostic « d’agités » donné aux élèves des écoles élémentaires—un comportement plutôt normal pour les 6-7 ans—selon lequel ils souffrent d’une « maladie » inventée : le trouble de déficience d’attention.

     En fait, ce trouble de déficience d’attention n’est rien de plus que la justification de la psychiatrie pour droguer ces enfants.

     Par exemple, le psychiatre déclare que l’enfant ne peut pas rester à l’école à moins d’être sous médicament, et ainsi, il distribue à la louche la Ritaline—un cousin d’une amphétamine qui a des effets d’accoutumance.

     Et pendant ce temps-là, les psychiatres reçoivent des millions, pendant que leurs confrères de l’industrie pharmaceutique perçoivent des milliards. Et puis la société, elle, reçoit un toxicomane à vie de plus, et par conséquent un nouveau client pour les autres psychotropes lancés sur le marché pour encore plus de maladies inventées.

     Marchant sur les pas de Ron, et dès le milieu des années 80, des scientologues ont travaillé d’arrache-pied pour que les parents aient le droit de refuser le diagnostic psychiatrique, et donc de garder leurs enfants à l’école, mais sans drogues. Et pour donner une idée de l’impact de ces scientologues sur le tissu social, et par conséquent, de la façon dont le monde considère à présent le sujet, citons un éditorial du Wall Street Journal en 1997.

     Autrefois fermement dévoué à la ligne du parti de la psychiatrie, et même s’il est dix ans en retard, il semble que même ce journal ait finalement admis la supercherie.

     Sous le titre « Le Drame de la déficience d’attention », le Journal à présent condamne également la manœuvre Ritaline : « Les gosses apprennent de bonne heure une leçon sur les mœurs de l’Amérique des années 1990 : « Ne prends pas responsabilité pour ta propre conduite, déclare plutôt que tu es aux prises de pulsions incontrôlables, demande l’aide d’un professionnel, et mets-toi à faire des excuses. »

Les Étudiants Victimes



PrécédenteBarre de NavigationSuivante

| Précédente | Glossaire de termes de Scientologie | Sommaire | Suivante |
| Sondage sur ce site de Scientologie | Sites concernant la Scientologie | Librairie | Page de garde |


info@scientology.net
© 1998-2004 Eglise de Scientologie Internationale. Tout droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques déposées.


Visitez la Librairie Table de Matières Visitez le Site de L. Ron Hubbard