[Image]

Destruction Culturelle - 30 Octobre 1969


[image]

 D
epuis la Seconde Guerre mondiale, les services de renseignements orientaux ont développé une nouvelle arme.

     Les forces de sécurité des pays occidentaux aiment beaucoup trop retracer l’histoire du renseignement pour prétendre qu’il n’existe rien de nouveau.

     Au cours de ce dernier siècle ou plus, à chaque décennie, de nouvelles technologies du renseignement furent développées. L’étendue du sujet et sa littérature sont si vastes que l’étudiant superficiel ou le dirigeant gouvernemental, dont ce n’est pas la spécialité, se trouve aussi dépassé qu’il le serait par le sujet de la littérature chinoise.

     En Orient, le renseignement est extrêmement spécialisé et d’une complexité sophistiquée. Un fondateur des services secrets allemands, lesquels sont extrêmement efficaces et les plus importants que l’Occident ait connus, a passé dix-sept ans à étudier la technologie du renseignement des Japonais et malgré cela, n’a fait qu’en effleurer la surface.

     Par conséquent, il n’y a rien d’étonnant qu’une nouvelle technologie du renseignement soit utilisée contre l’Occident depuis 1948, sans qu’elle ait été découverte ou comprise.

     L’idée fondamentale d’affaiblir ou de corrompre une population remonte à une époque antérieure aux attaques Perses contre la Grèce. Naturellement, si la guerre même est une méthode infructueuse ou impossible pour se débarrasser d’un ennemi naturel, on peut avoir recours à une dégradation à long terme de la population.

     Dans les faits, une population suffisamment dégradée ou affaiblie est démilitarisée.

     Là où la confrontation par le combat direct n’est pas souhaitable ou est considérée trop dangereuse, l’affaiblissement du commerce ou de l’économie d’un ennemi et la réduction de sa sphère d’influence par des moyens détournés devient la prochaine solution susceptible de donner des résultats. Ceci est classique.

     La dégradation et l’affaiblissement de la population ennemie elle-même est plus difficile et demande plus de temps. Bien que ceci soit considéré souhaitable par les attaquants potentiels, aucune technologie réalisable pour accomplir ceci dans son intégralité n’avait été mise au point et utilisée sur une échelle quelconque avant 1948.

LES MÉDIAS ET LES FINANCES

     L’avènement des transports rapides et des moyens de communications de masses, ainsi que l’internationalisation des moyens de contrôle financier, ont fourni l’occasion de concevoir et d’utiliser une technologie capable d’anéantir, en tant que nation efficace, la population ennemie.

     Entre les grandes puissances, la bombe atomique a rendu les confrontations par combat direct trop dangereuses, et de ce fait, a ouvert la porte à tout programme pouvant promettre une destruction efficace d’un ennemi supposé, même à long terme.

     Des techniques de destruction culturelle furent mises au point, financées et mises en œuvre.

     L’Occident, naïf et traditionnel dans le secteur de la sécurité, a complètement omis de détecter et de mettre fin à la destruction culturelle—l’arme majeure désormais intégralement utilisée contre les nations occidentales.

Destruction Culturelle (suite)


PrécédenteBarre de NavigationSuivante

| Précédente | Glossaire de termes de Scientologie | Sommaire | Suivante |
| Sondage sur ce site de Scientologie | Sites concernant la Scientologie | Librairie | Page de garde |


info@scientology.net
© 1998-2004 Eglise de Scientologie Internationale. Tout droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques déposées.


Visitez la Librairie Table de Matières Visitez le Site de L. Ron Hubbard